humago philanthropie

COM_PAYPLANS_LOGGER_CRON_START

Innover en philanthropie, c’est possible!

Publié le lundi 02 novembre 2015

Publié par Marie-Claude Guérin

Grand Montréal

Innover en philanthropie, c’est possible!
Rencontre Philanthropique 2015 Crédit photos : Hugo Lorini

Voir autrement était le mot d’ordre lors de la dernière Rencontre Philanthropique de l’APGP. Plusieurs invités ont exprimé l’importance d’innover en philanthropie, de solliciter autrement, de se voir comme des petites PME philanthropiques, de vouloir changer les pratiques d’affaires; de créer des relations et de faire en sorte que les citoyens et les donateurs aiment votre cause et le rôle que vous jouez auprès de la société. 

L’art de solliciter commence par la fierté de ce qu’on fait. Quand la cause sociale ou philanthropique est tellement importante, est-ce toujours nécessaire d’offrir les services gratuitement et ainsi mettre en péril la vie de l’organisation? La Rencontre Philanthropique de l’APGP démontrait que les organismes peuvent eux aussi agir comme des entreprises.

 

Les gens attirent les gens

Selon Alexandre Taillefer, président du MACM, « Les gens attirent les gens, c’est évident. Il y a un impact important sur l’organisme au niveau de la commandite et au niveau des abonnements et de la philanthropie. Quand vient le temps des coupes, souvent, les organismes vont couper dans les dépenses variables et la chose la plus facile à faire est de couper dans le marketing, ce qui est une grave erreur. On appelle cela du TailSpin : le marketing diminue, le monde ne vient plus; le monde ne vient plus, les revenus diminuent. » 1 $ investi pour un organisme peu connu peu rapporter de 1 $ à 2 $. Plus la marque croît, plus votre dollar va générer des revenus élevés : 4 $, 5 $ et même 6 $! Il ne faut pas hésiter à investir. Ce comportement, on le voit chez les entreprises. Si vous lancez un nouveau produit et que vous pensez que les gens vont venir, Alexandre Taillefer a des petites nouvelles pour vous : « Ça ne fonctionne pas. Il faut investir. »

Jean-François Ouellet, professeur à HEC Montréal, explique le modèle fondamental pour acquérir la clientèle : « Ce que toute entreprise se pose comme question en ce moment, c’est “Comment garder la clientèle? Comment faire en sorte qu’ils reviennent nous voir”? Votre dollar investi en rétention va vous rapporter infiniment plus. Fidélisez vos donateurs avec le principe des trois “R” : Récompense, Reconnaissance et Relation. Traitez vos donateurs comme des clients. »

 

La Marque : soyez remarquable

Faites vivre l’expérience de votre marque. On veut une histoire à raconter, c’est plus intéressant que de dire « J’ai donné 100 $, 500 $ à une cause ». Les organismes ont le potentiel de livrer de superbes histoires, de montrer aux donateurs ce que vous faites sur le terrain. Invitez-les à participer. Créez un lien avec eux. Jean-François Ouellet nous dit : « Rendez les gens heureux. Suscitez le bonheur chez le donateur. »

Selon lui, « c’est le dilemme de l’innovateur qui est l’enjeu ». Changez votre façon de faire; faites vivre votre marque, votre cause. Soyez rattaché à votre marque. Saisissez le moment, même si vous avez à faire un pas en arrière pour en faire 15 en avant, sinon quelqu’un d’autre va le faire, et aujourd’hui, malheureusement, vous avez de la concurrence. Soyez des leaders. Assurez-vous que vos donateurs participent à votre projet. Comme le dit M. Ouellet, « on peut se faire remarquer ou être invisible. Quand un donateur fait une remarque positive à votre sujet, vous êtes gagnants. »

Les PME veulent s’associer à des organismes qui ont de la notoriété. Il ne s’agit pas juste d’un don, les PME veulent une relation. Les PME deviennent des partenaires et la relation peut ouvrir sur autre chose.

 

L’évènementiel, ce n’est pas un party, c’est une opportunité!

Faire des soirées-bénéfices, c’est très demandant et très précaire comme source de financement. Le changement au sein du cabinet de campagne apporte son lot de conséquences sur l’organisation et ce n’est pas un modèle qui est soutenable pour les organismes. Il faut trouver de nouvelles façons d’innover. Jean-François Archambault, fondateur de La Tablée des Chefs, « rêve un jour de faire une soirée pour remercier ses partenaires et non faire une soirée pour demander des fonds ».

Selon Ianik Lajeunesse, président de Altitude C,  la stratégie et l’émotion sont au cœur de notre philosophie. Les organismes doivent absolument innover et se transformer; ils doivent utiliser la plateforme évènementielle pour faire vivre leur message et leur marque aux gens qui participent. Mettez le message au cœur de l’évènement. Plutôt que d’essayer d’économiser de l’argent, trouvez la façon d’acquérir de nouveaux revenus. L’évènementiel, ce n’est pas un party, c’est une opportunité. Pensez à innover et à briller. Écoutez son entrevue audio complète ci-bas :

 

 

Réfléchir autrement dans le monde philanthropique

Rencontre Philanthropique 2015

Il faut prendre le temps de faire des ateliers de création au sein de vos organismes. Selon Francis Gosselin, président de FG8, c’est mieux d’avoir 100 idées et d’en garder trois ou quatre que d’avoir une idée et de penser que c’est la bonne. Tous les invités se sont prêtés au jeu pendant une heure. Plusieurs idées loufoques et innovatrices sont ressorties du lot et les gens, tout sourires, trouvaient des solutions à leurs problèmes dans la joie et le bonheur.

Voici plusieurs idées qui ont émergé de la séance Think Tank à laquelle ont participé les invités :

Il y a plus de concurrence sur le marché du don. Les réseaux sociaux ont complètement changé la façon de faire de la collecte de fonds et des communications : avant on avait un contact dans l’entreprise qui donnait de l’argent si elle avait un coup de cœur pour la cause. Maintenant, la philanthropie fait partie de la stratégie marketing des entreprises. Elle est en lien avec les valeurs de l’entreprise, elle est plus stratégique.

Le métier de gestionnaire philanthropique est plus valorisé qu’avant. Il faut aussi avoir un conseil ouvert et innovateur : la responsabilité versus le bénévolat change la dynamique auprès des employés, des bénévoles et de l’organisation. Anciennement, sur les conseils d’administration, on demandait d’avoir de l’argent et un réseau. Maintenant, on cherche des gens qui ont le goût de s’investir; ceux qui comprennent ça vont évoluer et se transformer. Allez vers les entreprises, intégrez le marketing, trouvez le bon donateur pour votre cause au lieu de cibler tout le monde. Créez du partenariat et des relations. Trouvez une solution pour faire grandir les uns et les autres : en s’entraidant, tous peuvent sortir gagnants. L’entrepreneur veut devenir un acteur, il veut partager ses connaissances et ses talents pour faire évoluer la cause. Le donateur veut être transformationnel. 

 

À quoi feront face les organismes dans les prochaines années?

L’innovation versus le capital de risque est un message difficile à intégrer au marché de la philanthropie. Comme les OBNL ne peuvent tous prendre le risque d’investir pour innover, il faudra trouver des partenaires qui sont prêts et qui souhaitent le faire. 

Toute organisation devrait réfléchir à sa capacité financière et avoir des revenus philanthropiques, évènementiels et commerciaux. Avoir l’attitude « je finance mon organisation, je développe. »

Après sa séance de Think Tank, nous avons demandé à Francis Gosselin son point de vue sur la philanthropie. Écoutez son entrevue audio complète ci-bas :

 

 

Augmentez votre visibilité sur le Web

Que faisons-nous pour trouver une organisation? Les moteurs de recherche comme Google sont utilisés pour trouver votre cause. Donc, si vous n’êtes pas encore sur internet, il est grandement temps de vous y mettre. En plus, Google offre plusieurs outils pour vous soutenir. Saviez-vous que plus de 70 % des Canadiens sont présents sur les réseaux sociaux, et que plus de 80 % ont accès au Web? Seulement 20 % des organismes de charité ont un site Web et moins de 10 % sont présents sur les réseaux sociaux.1 Comme plus d’un milliard d’utilisateurs sont sur Google, et que le Canada est le plus grand utilisateur de YouTube, il est temps de cibler votre marché. En plus, Google a une offre spéciale pour les OBNL. D’après Marie-Claude Élie, directrice de comptes senior pour Google Canada, Google vous donne les outils, commencez donc à investir dans votre marque et dans vos outils. Soyez à l’affut de la nouvelle génération et surtout développez votre site internet pour le mobile.

À plusieurs reprises, lors de la Rencontre Philanthropique, ces mots revenaient à la charge : visibilité, image de marque, budget marketing, histoires, réseaux sociaux, employés engagés, et travailler ensemble. Cependant, ce qui rassemblait tous les acteurs ce matin-là, c’était leur passion pour la communauté, leur désir de faire la différence, leur aspiration à développer et à vouloir redonner aux générations futures. Mécènes, bénévoles, gestionnaires en philanthropie, PME engagées, tous sont ressortis les yeux brillants et la tête remplie d’informations et de l’enthousiasme à vouloir innover. Nous terminons notre reportage avec le témoignage des invités en audio ci-bas :

 

Laisser un commentaire

Veuillez vous connecter à la communauté HUMAGO pour laisser un commentaire.

La philanthropie selon HUMAGO®

La Fondation HUMAGO® a pour mission première de développer la culture philanthropique chez nos jeunes d’aujourd’hui, de demain et d’après-demain. Elle entend promouvoir, encourager et développer l’engagement social auprès des citoyens pour imaginer ensemble un monde meilleur.

Communauté

Individu
Forfaits
Collaborateur
La Communauté HUMAGO
Radio
Nos partenaires
COM_PAYPLANS_LOGGER_CRON_START

Suivez-nous

Page médias (logos)
Infolettres (archives)
Infolettres (s'abonner)
On parle de nous
Facebook
Twitter

COM_PAYPLANS_LOGGER_CRON_START
COM_PAYPLANS_LOGGER_CRON_START