humago philanthropie

COM_PAYPLANS_LOGGER_CRON_START

Macha Limonchik, porte-parole de GRIS Montréal

Publié le mercredi 11 septembre 2013

Publié par Louis Le Grand

Grand Montréal

Macha Limonchik, porte-parole de GRIS Montréal

Macha Limonchik a des origines ukrainiennes. La mère de son père était juive d’Ukraine. Enfant, au primaire et au secondaire, Macha n’avait pas vraiment entendu parler de l’homosexualité.

Au Cégep, un peu plus, et puis bien sûr, dans le milieu artistique, elle côtoie des gens de diverses orientations sexuelles. « Surtout en allant vers le théâtre, j’ai eu beaucoup d’amis homosexuels. » En fait, Macha s’est trouvé beaucoup d’affinités avec ceux-ci, et ça lui est resté. « Presque tous mes amis sont gais, sauf mon coiffeur », dit-elle. « J’ai un rapport d’intimité avec ces gens et l’orientation sexuelle n’est pas en cause. »

 

Depuis cinq ans, Macha Limonchik est porte-parole du Groupe de recherche et d’intervention sociale, le GRIS-Montréal. Elle fait équipe avec Vincent Bolduc. Pourquoi a-t-elle accepté de représenter cet organisme qui lutte contre l’homophobie? « Parce qu’on me l’a demandé gentiment, que c’était simple pour moi. Ils avaient besoin de moi… c’est un travail essentiel. » Macha a donc pris un peu de son temps pour appuyer cette cause. Les tâches du porte-parole sont diverses : participation au défilé de la fierté, mention de GRIS Montréal lors d’entrevues professionnelles, participation aux activités-bénéfices et au lancement de la campagne annuelle, etc.

 

Le GRIS envoie deux représentants dans les écoles primaires et secondaires pour parler d’homosexualité et de bisexualité. Une femme, un homme, tous les deux gais. Ils donnent de l’information et répondent aux questions des élèves. Maintenant qu’elle a un enfant, Macha trouve que ces questions sont moins abstraites. Quand on a un enfant, c’est plus évident qu’il doit être éduqué dans environnement ouvert et tolérant. Il faut que les différences entre individus soient acceptées. 

 

Macha parle de sa fille, qui avait déjà vu des gars s’embrasser et des filles s’embrasser. Arrivée à l’école, à l’âge de six ans, elle a appris en jasant avec d’autres élèves que gai et homosexuel étaient des gros mots. Cela illustre bien que même s’il existe une ouverture d’esprit à la maison, l’école a sa propre culture de groupe. Il est donc important que le GRIS fasse son travail dans les écoles, grâce à ses bénévoles extraordinaires. « J’inviterais les parents à demander à leur école de faire venir les bénévoles du GRIS », dit Macha. 

 

Pour la comédienne, il est important que cette question soit traitée à la source, avant que les préjugés soient ancrés. Pour les enfants de néo-Québécois, c’est important que ceux-ci sachent que l’homosexualité existe. Ce n’est pas toujours facile de découvrir que l’on est gai, cela engendre encore des suicides. « Ça me touche beaucoup », dit Macha. Il faudra bien qu’un jour les bénévoles du GRIS aillent expliquer à l’école de sa fille que gai et homosexualité ne sont pas des gros mots.

 

COM_PAYPLANS_LOGGER_CRON_START

À propos de l'auteur

Louis Le Grand

Louis Le Grand

Rédacteur pour HUMAGO

COM_PAYPLANS_LOGGER_CRON_START

Laisser un commentaire

Veuillez vous connecter à la communauté HUMAGO pour laisser un commentaire.

La philanthropie selon HUMAGO®

La Fondation HUMAGO® a pour mission première de développer la culture philanthropique chez nos jeunes d’aujourd’hui, de demain et d’après-demain. Elle entend promouvoir, encourager et développer l’engagement social auprès des citoyens pour imaginer ensemble un monde meilleur.

Communauté

Individu
Forfaits
Collaborateur
La Communauté HUMAGO
Radio
Nos partenaires
COM_PAYPLANS_LOGGER_CRON_START

Suivez-nous

Page médias (logos)
Infolettres (archives)
Infolettres (s'abonner)
On parle de nous
Facebook
Twitter

COM_PAYPLANS_LOGGER_CRON_START
COM_PAYPLANS_LOGGER_CRON_START